Cytomégalovirus (CMV) | Prélèvements |Sérologie | Diagnostic | Infection congénitale et grossesse

✑ Dr.Midireh.l

☰ Sommaire :

Ⅰ. Généralité

Le cytomégalovirus appartient à la famille des Herpesviridae qui sont des virus à acide désoxyribonucléique (ADN), à capside icosaédrique (162 capsomères) et enveloppés . Il fait partie de la sous-famille des Beta-herpesvirinae qui se caractérise entre autres par un cycle réplicatif long et une réplication in vitro limitée à un nombre très restreint de cellules permissives. Le cytomégalovirus humain appartient au genre Cytomegalovirus et il est le cinquième (Human herpesvirus 5) des huit herpesvirus humains identifiés à ce jour.

Le cytomégalovirus (CMV) est un herpèsvirus ubiquitaire endémique, transmis par la salive, les urines, les sécrétions génitales, les cellules mononucléées du sang et les tissus greffés. C’est une infection commune, le plus souvent asymptomatique ou peu symptomatique chez l’individu immunocompétent mais qui peut être grave chez l’immunodéprimé et pour le fœtus.

cytomégalovirus

Ⅱ. Prélèvements

- Le virus entier, son génome ou ses antigènes sont recherchés principalement dans le sang(héparine pour la culture, EDTA/sang tota pour la recherche d’acides nucléiques) mais aussi dans divers échantillons tels que les urines, la salive, les liquides de lavage broncho-alvéolaire (LBA), le liquide céphalo-rachidien (LCR), les biopsies, le liquide amniotique (à partir de la 21ème SA et au moins 6 semaines après la primo-infection), les tissus fœtaux

- Sérum (tube sec) pour les recherches sérologiques

Ⅲ.CMV : Examen cytologique

L’examen cytologique peut être effectué à partir de coupes de biopsies, de frottis, ou après cyto-centrifugation ou étalement sur lame de liquides biologiques tels les lavages broncho-alvéolaires (LBA) ou le liquide amniotique.

Les cellules infectées in vivo sont de grande taille et possèdent des inclusions intranucléaires et intra-cytoplasmiques.

L'aspect le plus caractéristique est "l'inclusion en œil de hibou", qui est une volumineuse inclusion intranucléaire séparée de la membrane nucléaire par un halo clair

cmv œil de hibou

Ⅳ. Sérodiagnostic CMV

Le sérodiagnostic des infections à CMV repose habituellement sur la détection des IgG et des IgM spécifiques par des techniques immuno- enzymatiques de type ELISA ou des techniques équivalentes (les techniques d'immunocapture sont à privilégier car elles limitent le risque de réactions faussement positives liées à la présence de facteur rhumatoïde).

☰ Lors de la détection d'lgM spécifiques du CMV(après une période d’incubation de 28 à 60 jours (40 jours en moyenne)), il faut prendre en compte la difficulté d'interprétation de ce résultat ( n’indique pas toujours une primo-infection récente à CMV ). Elle peut en effet :

  1. être détectée pendant une infection secondaire (réactivation ou réinfection)
  2. être observée du fait d’une stimulation polyclonale du système immunitaire
  3. résulter de la persistance de traces d'lgM plusieurs mois voire années après la primo-infection
  4. résulter d'une réaction croisée avec les IgM d'autres herpes virus, en particulier le virus Epstein-Barr (EBV)

Test de mesure d’avidité des IgG anti-CMV

la mesure de l'indice d'avidité des IgG anti-CMV permet de différencier une primo-infection récente d’une infection ancienne.

  1. une faible avidité⟼ primo-infection récente
  2. une forte avidité⟼ infection plus ancienne / infection secondaire

NB:L’interprétation des index d’avidité est délicate et nécessite une très bonne connaissance des tests (voir reference N°:01).

Cas 1: lgM-CMV positif et 'lgG-CMV négatif

Peut correspondre à une primo-infection ou à une réaction faussement positive. Dans le cas d'une primo-infection, un deuxième sérum prélevé a quelques jours d'intervalle doit démontrer une séroconversion au niveau des IgG (avec un indice de l'avidité très faible). L'absence de séroconversion IgG permettant d'écarter l'éventualité d'une primo-infection CMV.

Cas 2: lgM-CMV positif et 'lgG-CMV positif

1- Le diagnostic de primo-infection à CMV peut être porte sur la présence d'lgM associée à une faible avidité des IgG. Un contrôle sérologique ultérieur, montrant une ascension du taux des IgG, apporte un element supplémentaire de confirmation

2- La présence d'lgM anti-CMV avec une forte avidité des IgG peut résulter lors d'une réactivation ou réinfection récente, d'une réaction sérologique croisée ou d'une activation polyclonale des IgM expliquée par le contexte infectieux.

Diagnostic de l'infection au Cytomégalovirus (CMV)

Ⅴ. PCR / gène cible

- Les tests basés sur la PCR en temps réel pour le CMV permettent une détection rapide et spécifique avant l’apparition de symptômes cliniques, afin d’améliorer le pronostic, ce qui est particulièrement important chez les patients receveurs d’allogreffes d’organes ou de moelle osseuse et les patients atteints du VIH/sida.

- Gène cible pour CMV: Gène codant pour la protéine ppUL83

Ⅵ. Culture cellulaire

Cette technique permet d’isoler et conserver les souches virales. Néanmoins, elle n’est plus utilisée pour le diagnostic courant de l’infection en raison de son délai de rendu, de sa lourdeur de réalisation et de sa sensibilité inférieure à celle des techniques de biologie moléculaire

Les cellules de choix sont les fibroblastes embryonnaires humains de poumon (cellules MRC-5) en monocouches confluentes d’au moins 48 heures. L’effet cytopathique caractéristique (ECP) du CMV, observé en microscopie inversée, est constitué de foyers ovalaires de cellules augmentées de volume et réfringentes, qui progressent lentement selon le grand axe des fibroblastes.

Un délai de 8 à 20 jours est nécessaire pour observer les premiers foyers mais il peut aller jusqu'à 6 semaine

Cytomégalovirus

La Culture orientée (culture rapide) associe une centrifugation des prélèvements sur les fibroblastes, et la détection par immunocytochimie, après 24 à 48 heures d'incubation, des antigènes très précoces (l'antigène immediate-early (IE)) synthétisés au cours du premier cycle de réplication virale. Cette méthode est plus sensible que la culture non orientée pour les prélèvements contenant du virus libre (urine par exemple) et réalisable plus rapidement. Néanmoins, sa mise en œuvre reste assez lourde. Elle ne permet pas l’isolement de la souche.

Ⅶ. Infection congénitale et grossesse

- Un diagnostic anténatal peut être demandé lorsqu’il y a un diagnostic (ou une suspicion) d’infection maternelle récente à CMV (surtout survenue pendant la 1 moitié de grossesse), et/ou une suspicion d’infection fœtale du fait de l’existence de signes échographiques compatibles avec une infection à CMV

Ce diagnostic est basé sur une amniocentèse, réalisée au moins 6-8 semaines après la primo-infection et après la 21 semaine de grossesse, qui permet la réalisation d’un prélèvement de liquide amniotique à partir duquel rechercher la présence du virus par culture rapide ou PCR

Diagnostic à la naissance :L’excrétion de virus par le nouveau-né est recherchée par culture rapide ou PCR au cours des trois premières semaines de vie. Au-delà de 3 semaines , il ne peut être assuré que l’infection n’a pas été acquise en post-natal

Un diagnostic tardif peut être demandé chez le nourrisson et le jeune enfant, asymptomatique à la naissance, mais qui développe des séquelles dans les cinq à sept premières années de vie, telles que perte d’audition, retard mental, retard de développement psychomoteur et/ou déficience visuelle.

Références:

- CNR des Cytomégalovirus Limoges: Expertises des trousses sérologiques pour la mesure de l’avidité des IgG

- ECN:Le cytomégalovirus humain (CMVH)

- Guide pratique des prélèvements:Version 19 / 2021

- www.has-sante.fr

- une réactivation ou infection à CMV : Société Française du Cancer. Publié par Elsevier Masson SAS

unilabs : CMV ,Le bon choix des outils diagnostiques en fonction du contexte clinique

- Revue Francophone des Laboratoires :Les difficultés d'interprétation du sérodiagnostic des infections à cytomégalovirus

- EMC : Cytomégalovirus humain